Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 21:17

 

 

 

 Après six mois d’aventures et de rencontres Américaines nous sommes de retour chez nous. Nous sommes donc rentrés dans nos douces chaumières… un peu plus tôt que prévu.

 

 Il nous semble intéressant de vous expliquer la raison pour laquelle nous avons mis fin au voyage un mois plus tôt que ce que nous pensions initialement. En effet, ce choix s’inscrit dans la logique du voyage, il est issu de réflexions et d’enseignements que nous avons reçu de ce voyage extraordinaire.

 

 Au cours de ces six mois d’aventure humaine, nous avons toujours cherché à vivre des moments de vie simples, ordinaires, partager la vie quotidienne de ces gens que nous rencontrions. Cela nous a amené à vivre des instants très forts, très marquants. Forts, ils l’étaient avant tout parce qu’ils étaient faits d’émotion, de sentiments d’amitié, de rires, de complicité et souvent de vie de famille.

 

 Nous avons eu l’immense chance d’être accueillis comme des amis de toujours, comme de vieux cousins, au sein de familles dans les différents endroits où le voyage nous a fait passer, passant ainsi ensemble des moments incroyables.

 

 De ces moments de partage intenses et souvent assez brefs du fait de notre caractère mouvant toujours plus au sud, nous avons tiré une impression dont nous vous avons déjà fait part dans l’article nommé : Est-ce que nous voyageons vraiment ?

 

 Pour la redire ici simplement, nous avons l’impression que malgré leurs différences parfois immenses, dans leur manière de vivre, leur lieu de vie, leurs pensées, leurs discours, les êtres humains se ressemblent beaucoup. Ce qui les unit ce sont leurs envies les plus profondes, les plus importantes : une vie de famille, un avenir ouvert pour leurs enfants, des moments d’amitié, l’écoute, un lieu de vie auquel ils sont attachés affectivement, la dignité, le droit de décider de leur vie,…

 

 De ce constat découlent un grand nombre de réflexions et l’une d’entre elles fût que nous étions nous aussi habités par ces envies et que nous souhaitions nous aussi, après ces mois au bout du monde, retrouver notre famille, nos amis, notre lieu de vie auquel on est attaché.

 

 

 De ce voyage nous revenons en croyant plus que jamais en la richesse de l’Autre, de ce qu’on peut partager avec lui au travers de la parole, de l’écoute, de moments de vie simple partagés, de moments de travail côte à côte. Nous revenons avec une foi immense en la rencontre et l’amitié. Voilà pourquoi nous souhaitions revenir plus tôt pour vivre cette amitié avec vous, famille, amis de toujours ou amis récents.

 

A nos amis et familles du continent américain, nous voulons aussi dire simplement qu’ils nous ont tellement fait vivre la chaleur de leur famille qu’ils nous faisaient penser à nos propres familles, lesquelles nous manquaient et auxquelles nous souhaitions retransmettre cette chaleur humaine formidable.

 

 Merci à toutes nos mères, pères, grands parents, sœurs et frères du continent américain. Nous vous aimons et vous gardons dans nos cœurs. A bientôt !

 

 Merci à nos véritables mères, pères, sœurs et frères. Nous vous aimons. Nous revoilà !

 

 

 A bientôt,

 

 

Sebigma, les caméléons

 

 Ci-dessous la liste des membres de notre famille américaine, puis un mot de conclusion personnelle de chacun de nous trois :

Daniel, Marie-Christine Duranleau et leurs 4 enfants / Joëlle Tremblay / Gaëtan / Marie-Pascale et Anne-Laure Dubé / Roman / Richard Dubé / Carlos / Sœur Stéphanie / Guillaume et son amie japonaise / Raymond, Claudie Laberge et leur fils / Pierre Chapuis / Etienne / Ruth Doerfler et ses trois collocs / Nathan Garett, Julia Richmond / Elijah Doerfler / Abraham Doerfler et Maryla / Tomoko / Bob Marvin / Paul Doerfler / Serge / Marcel / Emilie et ses deux collocs / Toby, Nicole, Colin et Jérémie Earp / Jean-Francois, chocolatier / Caitlin Duffy / Maya / Liliane et son pote barbu / Raphaël Dubé / Richard et sa femme / Joey / Kate et ses deux amies / Anna et Michiko / Nick / Steve et Vicky / Stephanie Carlisle / Matt / Scott et sa copine / The Amity Players / Ginger et John / petesomaï / Nga / Buniou / Rita / la famille Laosienne / Jcee / Denis et Colette Jay / Jill Cuningham / Christiana / Michelle Williams / Corey / Charles Sleeth / Emily / Anthony / Mister Lynch / Mississ Taylor / Mississ Boles / Jenna / Marco / Marco / Brock Carpenter et ses collocs / les Autostopeurs de l’Arkansas / Doyle / Greg et Peggy White / Brand, responsable de la sécurité du port de Memphis / Samy Loren / Max / Sean / Guillaume / Mike / Ann / Vanessa / les filles de Marquette University / Wonni / Filip / nos deux collègues et amis salvadoriens de Gutting / Maria Victoire / Maria sandvik / Leon et Sandy / Matt / Jeremy et son amie de San Fransisco / Divina / Carlos et sa sœur / Fransisco et Victoria / Nuestra Abuelita / les sœurs et la cousine de Divina / Sara et son ami / Ricardo / Lisa / Santiago / Sarah / Jennifer / Patrick / la mère de Ricardo / le père de Ricardo / Moises et son amie / Valeria et ses parents / Vanessa / Lilian / Sophie et Carlos / Adrian, ses parents et son frère / les australiens et français de Mexico / les amis de Carlos / les amis de Adrian / la mère de Carlos / Jacques et Marie-Hélène Ogier / Ségolène / Denise Cardenas / Vianney / Raul Cardenas / Nieves / Lourdes / Sixto / Gudy Cardenas / El pequenito Farid / Alejandro Galindo / Carmen / Fernandito / Los ninos del Taller de Arte y Pintura de San Jeronimo / Ingrid et son collègue / Marie / Berta et son mari el carpintero / Maria, Victoria et les autres femmes des groupes de tricot de la région d’Andahuyalas / Yudy du cyber cafe de San Jeronimo / le représentant de la mairie de Pacucha / La maman de Raul / La maman de Nieves et Alejandro / Thomas et Amona / Le responsable de la casa Munay / Carlos / Jessica et Maja / Angela et Alberto Ugarte et leurs enfants / La tante d’Angela / L’équipe du festival du savoir de Coyogrande / Les amis de Carlos / Charles et Guillaume de Montréal / Carolina / Mayra / Pamela / Vladimir / Christine et Christophe Geroudet-Gonzalez, Sara, Pablo, Luc, Elie et Mathias / Vladimir, Charo et leur Bébé / Le couple Chauffeur-Cobrador du Mini de La Paz / Fabiola, sa sœur et ses deux amies / Les passagers et l’hôtesse du Bus Potosi-Buses de Villazon à Buenos Aires / Olaf Fabiani / Manu / Marcia / Valeria / Marcelo / Juan / Béatrice / Simon / Paola / Les élèves de l’Abasto Social Club / Norman / Lorena / Cande, Rosie et leurs deux amies / Reynaldo alias Sourire ……… et tous les autres dont nous avons oublié le nom (ou que nous n’avons jamais su) mais que nous n’oublierons pas.

 

A présent un petit mot de conclusion de chacun :

 Sebastien :

Voici quelques petites impressions au retour de cette aventure à la rencontre des Amériques. Pourquoi partir voyager pendant six mois et si loin de son pays ? Une question que l’on est en droit de se poser. La réponse est complexe et appartient à chacun.

  

 Personnellement j’ai énormément appris, ce voyage a été pour moi une école de la vie.

 

 

 

 

Ne rien avoir à offrir de matériel mais  laisser place à la relation avec les autres,

 

 

apprendre que chacun est capable de choses extraordinaires, essayer d’aller aux sources cachées dans chaque personne,

 

Ne pas être aveugle non plus en affirmant que tous les hommes se serrent la main, la réalité a vite fait de te recadrer… mais par contre apprendre à regarder ce monde à travers ses espérances plutôt que ses malheurs,  

 

 

Laisser les gens marcher devant, être en arrière pour que l’autre guide afin qu’il puisse exprimer ce qu’il a de meilleur,

 

Prendre conscience de l’importance de l’équipe avec laquelle tu t’engages, voyager avec ses amis et puiser dans la force d’être ensemble,

 

Ce sont des clés.

 

 

Nous sommes toujours en devenir, en formation pour véritablement être ouvert aux autres, au monde. Le voyage c’est voir autre chose, enfoncer ses pieds dans une terre inconnue, avancer dans la conscience du monde, de soi.

 

Pour faire plus simple et résumer le voyage en un mot aux significations multiples, voyager c’est OUF !

 

 

Beaucoup ont affirmé avant le voyage : «Vous allez rentrer changés de ce voyage… ». Je répondais : « C’est sûr que nous allons voir beaucoup de choses, rencontrer, découvrir… » plutôt évasif comme réponse ! Je peux maintenant préciser un peu plus et dire que je reste le même, mais que mon rapport aux autres à sûrement changé… Mon rapport vis à vis de la famille tout d’abord, un temps comme celui là te donne la force et le recul nécessaire pour oser reprendre ou prendre contact avec certains. L’importance d’entretenir l’amitié avec ceux que tu connais de longue date, chaque signe que tu peux faire compte beaucoup. Le fait d’essayer d’entrer en contact au quotidien, dans la vie de tous les jours, à commencer par ses voisins.

 

Ce voyage nous a ouvert des portes, les portes de la rencontre. J’ai l’impression que c’est le début d’une nouvelle histoire plutôt que la fin d’une aventure.

 

Martin :

 

 

 

Voilà, les Oufs sont rentrés à la maison. Et me voilà devant mon ordi à chercher quels ultimes mots je vais bien pouvoir laisser sur le blog, quels mots je vais pouvoir vous dire. Ce que je me dis en premier c’est qu’ultimes, ils ne le sont que pour le blog…entre nous, ces mots sont loin d’être les derniers, que du contraire et je me réjouis de vous revoir et de poursuivre notre amitié. De même, ces quelques mots sont moins une conclusion du voyage des Amériques qu’un instant de réflexion entre deux étapes de vie. L’aventure ne s’arrête pas là mais elle continue au quotidien dans nos vies, à travers tout ce que nous pouvons vivre les uns avec les autres, nos projets, nos nouveaux rêves, nos combats. Et croyez-moi (et certains ne seront pas très étonnés) nous avons un tas de nouveaux rêves, trop déjà pour une seule vie…

En écrivant, je repense au début du voyage, ce qu’on imaginait, ce qu’on croyait savoir. Qu’est-ce qu’on imaginait ? Pas grand chose justement et c’était une des forces de ce voyage. On voulait simplement rencontrer des gens, voir des endroits, des vies, des cultures différentes, observer, écouter, apprendre, réfléchir. On sentait qu’au contact des gens, on apprendrait beaucoup, et qu’on passerait des moments fabuleux, inoubliables.

On ne réalisait pas à ce moment là à quel point cette idée de base allait évoluer, se fortifier, prendre du sens et devenir notre religion. On se disait, comme beaucoup, que la rencontre est quelque chose de riche, beau et passionnant.

Maintenant nous vivons cette idée d’une manière très différente, peut-être vais-je réussir, à travers ces quelques mots, ou à travers ceux que nous échangerons ensemble, à vous faire ressentir ce que je ressens…Je vous écris quelques réflexions en tout cas.

Je crois que lorsque nous regardons nos vies en arrière, ce sont les Autres, tous ces gens avec qui nous avons vécu des choses que nous voyons. Pas que nous ne comptions pas nous mêmes, au contraire, mais c’est au travers d’eux que nous nous définissons. Tous ces gens jalonnent notre chemin de vie et ce sont nos relations avec eux qui donnent sa forme à notre parcours et que lui donne sa direction.

Je pense que la rencontre est la clé. 

 -Au cours du voyage, nous avons rencontré des gens très différents, parfois certains présentaient, en apparence, des visages opposés les uns aux autres, parfois ils semblaient bien lointains de nous. Et pourtant, toujours, nous avons appris, toujours nous avons vécu un moment de vie ensemble. Les gens ont tous, quels qu’ils soient, quelque chose à dire. Quelle que soit leur histoire, ils sont les mieux placés pour la connaître, pour la raconter. Quelle que soit leur histoire, elle a ses raisons d’exister. Quelle que soit leur histoire, on apprend en l’écoutant.

-Au cours du voyage, nous avons rencontré des gens très différents, mais toujours nous avons trouvé auprès d’eux de la bonté, de la chaleur, de l’amitié. Quelle QUE soit leur histoire, tous ces gens ont la capacité et l’envie de gentillesse. Il semble que tous ces gens, pourtant parfois en guerre les uns contre les autres, aient tous de la bonté en eux. Il semble que les êtres humains sont des êtres de complexité, fait de bon et de mauvais, non pas un mélange des deux mais une coexistence de l’un et de l’autre.

 -Au cours du voyage, nous avons rencontré des gens très différents, mais toujours nous avons entendu des préoccupations très proches. Mais souvent, sans doute à cause de leur histoire personnelle, familiale, à cause de l’histoire de leur peuple, de leur pays, à cause des difficultés de leur vie, d’injustices, de conclusions hâtives, d’un manque de discussion, ils finissent par ne pas se connaître, ne pas se comprendre, et ainsi à avoir peur les uns des autres, jusqu’à ce qu’ils se fassent des guerres, quelles qu’elles soient.

Ainsi, nous avons à apprendre de chaque personne. Mettons nous à l’écoute…

Ainsi nous pouvons rencontrer le bien chez toute personne, même celle qui ne le paraît pas…pourquoi ne pas cultiver le bien chez les autres, lui donner des occasions de s’exprimer ?

Ainsi, beaucoup de gens, même parfois très différents, en conflit, ont des besoins et des envies plus proches qu’il n’y paraît. Pourquoi ne pas revenir à cette simplicité qui fait s’exprimer ces préoccupations ?

Mettons-nous à l’écoute, parlons, échangeons, rencontrons, vivons l’amitié.

Un grand nombre de problèmes peuvent être résolus par la rencontre.

Un grand nombre de moments fabuleux peuvent être vécus par la rencontre.

 

 

 

Ignace :

Nous nous étions plus ou moins mis d’accord sur le fait qu’il fallait que nous écrivions chacun un petit texte de conclusion d’ici vendredi… Martin ayant été le plus rapide j’ai donc la chance de lire « son » texte avant d’écrire le « mien »… Et là, les larmes me viennent et les mots me manquent.

Quoi rajouter ? Que partager de plus ?

J’ai envie de dire « nada mas » mais je vais quand même essayer de rajouter une idée. Dans son texte, Martin nous invite à chercher toujours plus à nous rencontrer les uns les autres, à chercher à se parler, à se comprendre et tout simplement à vivre ensemble. En relisant son texte et en regardant autour de moi je vois bien à quel point cela reste difficile. Car c’est une chose de rencontrer les gens quand on est en voyage, où tout est plus facile car on a comme quelque chose de « spécial », on semble apporter un peu « d’extraordinaire ». Et tout cela facilite l’accueil… Mais c’est autre chose d’aller à la rencontre de son voisin, de sa propre famille, de garder dans sa vie quotidienne cette soif de rencontre, cette capacité à se laisser bousculer par l’autre, à marcher à son rythme, à adopter son pas pour un instant, une journée ou plus.

Et même si je suis très fière de tous les moments d’amitié très fort que nous avons vécu dans les Amériques je sais que le plus dure reste à faire : appliquer cette philosophie de la rencontre dans notre vie de tous les jours. En même temps je sais aussi que ce voyage, ces rencontres, ces nouvelles amitiés seront pour nous une source d’inspiration inépuisable dans notre manière de vivre le quotidien aujourd’hui.

Le combat pour une vie juste, heureuse et respectueuse de chaque personne qui nous entoure ainsi que de la terre continue au jour le jour. Sans être sûr du chemin, au retour de ce voyage, nous continuons ce combat de manière sereine, souriante, créative, joyeuse et amicale.

Ensemble, pas à pas les rêves deviennent réalités.

 

 p.s.  Vous pouvez voir 4 vidéos du voyage sur daily motion :

http://6.upload.dailymotion.com/Sebigma

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ulysse 24/05/2007 22:48

Alors si je m'attendais à ça en cherchant à savoir ce qu'est devenu Martin de Saint-Joseph...
Voilà, Martin, j'ai revu des vieilles connaissances, une certaine Geneviève et un certain Mathieu qui, ma foi, se portent plutôt bien.
Et donc, ce soir-là, on s'est fixé comme but de rassembler tous les anciens élèves de notre classe.
Donc, si le coeur t'en dit, tu as mon adresse. Et je suis content de t'avoir retrouvé...
A bientôt sans doute.

Alexia 27/04/2007 02:04

Bonjour, je suis tombée un peu par hasard sur votre blog il y a quelques mois. Je ne vous connais pas mais j'ai suivi votre magnifique aventure. Merci de m'avoir fait rêver par vos recits plein d'humanité et d images dépaysantes... Profitez bien de votre retour en France et de votre famille!
Si par ailleurs vous avez un peu de temps, je pars cet été 2 mois au Mexique et je serai ravie d' avoir des conseils en tout genre.
bonne continuation...

Sebigma 13/04/2012 11:08



Thanks



Cécile 13/04/2007 17:01

6 mois, c'est déjà énooorme, non ? D'autant qu'il va falloir maintenant faire le tour de France pour raconter ça en live. A Villeurbanne, le canapé est prêt (il faut dire qu'il est TOUJOURS prêt). Bienvenue et merci pour l'envie partagée !